Alerte COVID-19 - Restrictions de voyage pour la Martinique

Danse

 

Danse martinique

Les danses créoles traditionnelles à la Martinique

La Martinique, une civilisation riche en danses traditionnelles

La Martinique est pourvue d’une grande richesse culturelle qui se manifeste par des danses créoles traditionnelles : le bèlè, la biguine et la mazurka. Vous connaissez sûrement le zouk et le dancehall originaires des Caraïbes, des musiques et des danses très populaires. Mais là, nous allons nous intéresser aux danses traditionnelles de la Madinina qui racontent une histoire, celle de la civilisation martiniquaise et de sa résistance à l’époque coloniale.

Le bèlè, une danse rythmée au son du tambour

Le bèlè, qui signifie « bon moment », est un mouvement musical mêlant chant, danse et conte. Cette danse remonte à l’époque de l’esclavagisme : le bèlè se chantait et se dansait dans les champs de canne à sucre, longtemps interdit par les « maîtres » car les tambours étaient perçus comme des outils de rendement pour finalement être autorisés. Les danseurs bougent au son du tambour et du ti-bwa (2 baguettes de bois permettant de jouer sur un bambou) en respectant les rythmes et la cadence au risque de déstabiliser les chanteurs et les percussions. 

La biguine, un mélange de bèlè et de polka

La biguine est une danse et un chant provenant de Madinina. Elle voit le jour au XIXème siècle, après l’abolition de l’esclavage en 1848. Elle remplace peu à peu les danses traditionnelles qui étaient autorisées pour les esclaves. La biguine est un mélange entre 2 danses : le bèlè et la polka. Elle se décompose en 3 styles : la biguine de rue, la biguine de bal et la biguine de salon. Dans les années 30, un artiste martiniquais, Alexandre Stellio, permet l’expansion de la biguine en métropole, notamment lors de l’exposition coloniale internationale de 1931. La biguine ne connait pas de franc succès en dehors de la Martinique, mais reste une danse très appréciée par ses locaux.

La mazurka créole, d'origine européenne, aux rythmes antillais

La mazurka est arrivée sur l'île au début du XXème siècle. elle est originaire de la Pologne. Elle tire son nom de la Mazurie, une région au nord-ouest du pays. La mazurka créole est un mélange de belia (forme de bèlè) et de mazerek (mazurka traditionnelle de Pologne). La mazurka est d’abord arrivée en France avec Frédéric Chopin, qui va accroitre sa notoriété grâce à ses nombreuses compositions. De là nait la mazurka créole, qui se différencie de la mazurka européenne sur le plan vestimentaire et rythmique : en effet, elle est composée de 2 parties, « le piqué » qui impose un rythme créole rapide, et « la nuit », plus lente.

Le zouk, danse antillaise plus récente et plus connue en métropole

Plus récemment, le zouk a fait son apparition dans les Antilles dans les années 70, ayant comme ancêtre la kadans. C’est le style de danse et de musique très connu en métropole, grâce aux groupes bien connus Kassa’v et La Compagnie Créole. La danse exprime le côté très chaleureux et festif « kolé séré » des antillais.
 
 

Aucun évènement à afficher.