Musée d’Histoire et d’Ethnographie de Martinique Fort de France

Musée d’Histoire et d’Ethnographie de Martinique Fort de France

Le musée régional d’Histoire et d’Ethnographie de Martinique

Situé au centre-ville de Fort-de-France, non loin du banc de Fort-Saint-Louis, le musée régional d’Histoire et d’Ethnographie est à l’origine une des plus anciennes villas bourgeoises créoles datant du XIXème siècle (1887). La demeure est une des rares à avoir échappé au grand incendie qui ravagea la ville en 1890. Elle témoigne de l’art de vivre à Fort-de-France, et retrace l’histoire de la Martinique et celle de l’esclavage à l’aide d’expositions temporaires et d’une belle collection permanente. 

Les origines de l'habitation bourgeoise du XIXème siècle

Cette villa bourgeoise appartenait autrefois au directeur de l’artillerie. Elle dispose d’un jardin de 2500 m2 avec des manguiers et des acajous des Antilles. Initialement, celle maison était constituée au rez-de-chaussée d’un vestibule, d’un salon, d’une bibliothèque et d’un cabinet de travail. À l’étage se trouvaient 3 chambres à coucher et un cabinet de toilette.

La villa est ensuite passée dans le domaine public en devenant le siège de la chambre d’agriculture. En 1985 le Conseil régional de la Martinique décide de sensibiliser les Martiniquais au patrimoine historique et ethnographique par le biais d’expositions. Après une série de rénovations et d’aménagements de l’intérieur de la villa, le musée régional d’Histoire et d’Ethnographie de Fort-de-France voit le jour en juin 1999.

Les collections et expositions de la demeure, témoignage du mode de vie des notables antillais

Le départ de la visite se fait au rez-de-chaussée. Les expositions sont temporaires, de 2 à 3 mois. Des peintures, dessins et photos sont à notre disposition.

À l’étage, l’exposition est permanente. Toutes les pièces de la villa ont été aménagées afin de nous plonger dans le quotidien de la vie des notables antillais. Ainsi, un salon, une salle à manger, une salle de bain et une chambre à coucher ont été créées afin d’instaurer une ambiance bourgeoise du XIXème siècle. Les meubles et les objets usuels sont caractéristiques de cette époque. Des tableaux et gravures aux murs représentent des vues d'ensemble de Fort-de-France, ainsi que des portraits de femmes et des allusions de l'esclavage.

Les livres anciens de la bibliothèque de la villa bourgeoise

Sous les toits de l'habitation créole se trouve une bibliothèque ancienne abritant un millier d'ouvrages sur l'esclavage. Parmi les livres anciens, nous retrouvons « La description des plantes de l’Amérique » publié en 1693 par Charles Plumier, naturaliste. On y trouve également le « Code noir », le corpus mis en place par Colbert en 1685 dans le but d’empêcher le soulèvement des esclaves et d’assurer un bon réapprovisionnement de la métropole en produits tropicaux. Un autre document est intéressant à consulter, la « carte du partage de la Martinique », avec d’un côté la « demeure des François » et de l’autre la « demeure des sauvages ».

Les bijoux et vêtements créoles conservés et exposés aux visiteurs

De magnifiques bijoux créoles sont exposés dans les couloirs d'accès aux différentes pièces. Des mannequins vêtus de robes (les douillettes) en madras ou en satin sont les tenues arborées par les Martiniquais de l’époque, qu’ils soient de la classe bourgeoise ou de la classe populaire.

Le carnaval faisant partie intégrale de la culture martiniquaise, les instruments de musique traditionnels sont représentés ainsi que les costumes carnavalesques, dont le célèbre masque de Diable rouge.

Les horaires d'ouverture

Le musée est ouvert tous les jours de 8h30 à 17h30, sauf le mardi matin, le samedi après-midi et le dimanche.

 

Découvrir les musées en Martinique


 

 

A la Une - Annonces